Le Saint Père a signé la préface du livre de poèmes du jeune Luca Milanese, intitulé “Rime a sorpresa”, dans laquelle il constate que si la beauté parait souvent moins présente aujourd’hui, c’est parce que notre capacité d’écoute est moins grande.

La beauté est une expérience, écrit le Pape :

 « La beauté dont Luca devient le porteur, ne naît pas d’un travail laborieux sur de grands thèmes ou d’un choix minutieux de mots savants, mais elle naît comme une capacité spontanée à faire ressortir avec les mots justes l’intériorité qui l’habite et qui lui fait voir des liens même là où apparemment il n’y en a pas ». Et de poursuivre : « Si

aujourd’hui il y a une pauvreté de la poésie, ce n’est pas parce que la beauté a disparu, mais parce que notre capacité d’écoute a disparu ».

C’est vers les jeunes, principalement, que le saint Père adresse son message, en les exhortant « à faire ressortir les talents que le Seigneur a semés en eux, et que parfois ils ne trouvent pas le courage de manifester par peur du jugement ou de l’échec. »

Commentant le fait que le Pape François ait accepté d’écrire la préface du livre d’un jeune poète, le directeur de La Civiltà Cattolica observe que « le geste du Pape est subversif : il ne choisit pas le connu et l’établi. Il appose sa signature sur les paroles de ceux qui n’ont pas un discours accompli et reconnu comme tel. Son intérêt réside dans les travaux en cours. Il nous fait donc comprendre que c’est dans cette tension que nous trouvons la clé de notre époque : dans l’observation de ce qui se développe, et non du fruit mûr ». Et le père Spadaro de poursuivre :

« Le mot est l’élément concret dans lequel tout ce que nous vivons et pensons trouve son propre corps ». Et ce que Luca Milanese accomplit, c’est « créer des liens et saisir la profondeur de l’expérience, c’est être à l’écoute de la réalité et de soi-même », relevant que les vers du jeune poète représentaient « un appel à l’harmonie ».

“Une Femme culte,
enquête sur l’histoire et les légendes de Marie Madeleine”

Editions Gaussen

“Nous sommes ici invités à suivre une passionnante enquête, accessible à tous, appuyée sur une solide investigation ainsi que sur une série d’entretiens menés auprès de scientifiques (historiens, archéologues), de religieux et de défenseurs des traditions. Avec clarté, humour et respect pour chacun de ses interlocuteurs, François Herbaux raconte vingt siècles de développement de la légende de Marie Madeleine, dessinant ainsi une grande fresque qui part des Évangiles, décrit l’essor médiéval du culte de la sainte en Bourgogne et en Provence et aborde les visions actuelles du personnage (sans omettre l’inévitable Marie Madeleine du Da Vinci Code). L’ouvrage permet de mieux comprendre la tradition des saints de Provence : de la figure vénérée à Saint-Maximin-La-Sainte-Baume jusqu’aux cultes des Saintes Maries de la Mer et de Sara la noire, chère aux Gitans de Camargue. Le résultat de cette enquête historique nous est proposé dans cet excellent livre de vulgarisation scientifique, sérieux et instructif, d’une lecture très agréable, sur l’histoire d’une figure majeure du christianisme. »  Éditions Gaussen.

Journaliste scientifique (ESJ – Lille), François Herbaux est l’auteur, notamment, de Nos Ancêtres du Midi, Enquête sur la préhistoire, de Sigean à Menton (Laffitte, 2005) et de Puisque la Terre est ronde Enquête sur l’incroyable aventure de Pythéas le Marseillais (Vuibert, 2008).

Présentation de l’ouvrage sur Youtube par l’auteur (2 min) :
https://www.youtube.com/channel/UCrE0iMxjvKEZpBlHrqcGINA

Noël approche !

Merci à vous,

 

pour votre soutien et votre générosité au marché de Noël de notre paroisse.

Le marché est maintenant fermé.

 

Belle attente jusqu’à Noël à tous.

Le pape François a accepté la démission de Mgr Aumonier.

La Lettre de notre évêque :

Versailles, le 17 décembre 2020

 

Le pape François vient d’accepter de me relever de la charge d’évêque de Versailles, que le pape saint Jean- Paul II m’avait confiée il y a vingt ans.

 La règle de l’Église catholique veut qu’à l’approche de ses 75 ans, l’évêque remette sa charge au Saint Père. Cherchant à servir au mieux le bien du diocèse, mais ne me sentant plus aujourd’hui l’énergie suffisante pour prolonger ma mission, j’ai présenté dès à présent ma démission au pape François, quelques semaines avant l’échéance précise du 22 février prochain.

 En attendant la nomination et l’installation de mon successeur, un administrateur diocésain sera élu demain par le collège des consulteurs.

 Pour ma part, je souhaite beaucoup, après ces années passées avec vous, pouvoir vous faire mes adieux reconnaissants sous la forme la plus adaptée et la plus juste possible pour nous tous, en tenant compte bien-sûr des conditions sanitaires actuelles.

 C’est pourquoi je ne prévois pas un unique rendez-vous pour tout le diocèse. J’effectuerai plutôt une sorte de pèlerinage marqué par cinq étapes. Je serai heureux de vous y retrouver à travers la présence de délégations de chacune de vos communautés organisées par vos curés, et invitées à se répartir de la manière suivante :

 Le samedi 16/01 à 16h30, à l’église Saint-Lubin de Rambouillet, pour les doyennés de Rambouillet et de Maule-Montfort-Houdan ;

 Le dimanche 17/01 à 10h30, à la collégiale de Poissy, pour les doyennés de Poissy et de Saint-Germain-en-Laye ;

 Le dimanche 17/01 à 16h, à la collégiale de Mantes, pour les doyennés de Mantes, de Meulan et de Plaisir ;

 Le samedi 23/01 à 16h30, à Saint-Joseph de Sartrouville, pour les doyennés de Sartrouville et du Vésinet ;

 Le dimanche 24/01 à 16h, à la Cathédrale Saint-Louis, pour les doyennés de Versailles Nord, Versailles Sud et de Saint- Quentin-en- Yvelines.

 À quelques jours maintenant de fêter la Nativité, je m’unis de tout cœur à l’hymne joyeux des anges, émerveillés de la grandeur et de la présence de Dieu : « Gloire à Dieu au plus haut des cieux, et paix sur la terre aux hommes qu’il aime » !

 

† Eric AUMONIER Évêque émérite de Versailles

 

Vidéo à voir sur catholique78.fr

L’éducation est un geste d’espérance pour le Pape François

Une éducation de qualité est une base nécessaire pour protéger notre foyer commun : le Pape François prend la parole à l’occasion du lancement de la Mission 4.7 des Objectifs de développement durable des Nations unies sur l’éducation.

Cette mission fait partie de la mise en pratique du quatrième objectif de l’Agenda 2030 de l’ONU quant au développement durable qui envisage d’assurer « l’accès de tous à une éducation de qualité, sur un pied d’égalité, et promouvoir les possibilités d’apprentissage tout au long de la vie ».

Elle vise aussi à promouvoir le septième point de ce quatrième objectif qui vise « une éducation en faveur du développement et des modes de vie durables, des droits de l’homme, de l’égalité des sexes, de la promotion d’une culture de paix et de non-violence, de la citoyenneté globale et de l’appréciation de la diversité culturelle ». Le tout en synergie avec le Pacte éducatif mondial lancé par le Pape François.

Le Saint-Père rappelle que lors de cette année marquée par la pandémie de covid-19, un milliard d’enfants ont subi une interruption de leur scolarité. Dans ce contexte, les participants à ce symposium se réunissent « dans un acte d’espérance pour que les pulsions de haine, de divisions et d’ignorance puissent et soient dépassées par une nouvelle vague d’opportunités éducatives basées sur la justice sociale et sur l’amour mutuel, un nouveau pacte éducatif mondial lancée en octobre dernier ».

Les santons de Provence, le sapin de Noël, la crèche de Noël, le calendrier de l’Avent, la couronne de l’Avent…

Pourquoi ces symboles ? Que signifient-ils ? Quelle est leur histoire ?

Tout savoir sur les traditions qui accompagnent la fête de la Nativité :

https://eglise.catholique.fr/approfondir-sa-foi/la-celebration-de-la-foi/les-grandes-fetes-chretiennes/noel/371610-les-traditions-de-noel/

La prière officielle des Journées mondiales de la jeunesse 2023 (JMJ)

« Marie se leva et partit avec empressement », tel est le thème des prochaines JMJ que le Saint-Père, par mesure de précaution sanitaire, a reporté en 2023 et qui se dérouleront à Lisbonne.

Les jeunes sont appelés à « être lumière dans l’obscurité de la nuit » de ceux qui ne connaissent pas « la joie de la vie nouvelle en Jésus », a déclaré le pape François à l’annonce du thème. Il faut à la jeunesse se servir de l’exemple de la Vierge Marie, qui s’est levée et a immédiatement dit « oui » à Dieu pour suivre le chemin qu’Il lui avait préparé.

Il n’y a pas de joie « authentique », a-t-il estimé, si on ne la partage pas autour de soi. Plus le Christ sera porté aux autres, plus Dieu sera présent dans la vie des jeunes.

Le 22 novembre 2020, une délégation de jeunes du Portugal a reçu les symboles des JMJ – la Croix des JMJ et une reproduction de l’icône mariale Salus populi romani – à l’issue de la messe de la fête du Christ Roi en la basilique Saint-Pierre de Rome, tandis que le Bureau de presse du Saint-Siège dévoilait le texte de la prière officielle de ces JMJ :

Notre Dame de la Visitation,

Toi qui partis vers la montagne rejoindre Élisabeth en hâte

Conduis-nous aussi à la rencontre de tous ceux qui nous attendent

Afin que nous leur annoncions l’Évangile vivant : Jésus-Christ, Ton Fils et notre Seigneur

Nous-nous hâterons sans nous laisser distraire et sans retard, dans la disponibilité et dans la joie.

Toutes et tous, futurs participants ou non, jeunes ou moins, nous pouvons, dès à présent, réciter cette prière.

Si nous vivions une époque normale, vous pourriez acheter le nouveau missel à la sortie de la messe …

Texte Rapport annuel : État de la pauvreté en France

Le Secours Catholique s’attaque à toutes les causes de pauvreté, d’inégalités et d’exclusion.

Pour en savoir plus consultez ce rapport basé sur les statistiques d’accueil 2019 de Secours Catholique-Caritas France : dp_stat.pdf 

Pacte éducatif mondial : Le saint Père en dévoile les grandes lignes

Le 15 octobre dernier, le Souverain pontife a présenté les sept points transversaux de son Plan Éducatif Mondial en préparation : dignité de la personne, écoute des enfants, généralisation de l’instruction des petites filles, importance de la famille, éducation à l’accueil, autre appréhension des enjeux économiques et politiques, et sauvegarde de la Création.
Les plates-formes pédagogiques informatisées mise en place durant les confinements ont révélé « une forte disparité des opportunités éducatives et technologiques, et de nombreux enfants et adolescents sont restés en arrière dans le processus naturel du développement pédagogique ». Une « catastrophe éducative »: 10 millions d’enfants pourraient être obligés d’abandonner l’école à cause de la crise économique liée au coronavirus, selon les données d’agences internationales.
Le Pape appelle de ses vœux une nouvelle époque d’engagement éducatif : « Nous pensons que le temps est venu de conclure un pacte éducatif global pour et avec les jeunes générations, qui engage les familles, les communautés, les écoles et les universités, les institutions, les religions, les gouvernants, l’humanité entière, dans la formation de personnes matures ».
Il en appelle aux responsabilités de tous, « aux hommes et aux femmes de la culture, de la science et du sport, aux artistes, aux opérateurs des médias, afin qu’eux aussi souscrivent à ce pacte et, par leur témoignage et leur travail, qu’ils se fassent promoteurs des valeurs de soin, de paix, de justice, de bien, de beauté, d’accueil de l’autre et de fraternité ». Un appel fort à l’adresse de la société civile, car il ne faut pas « tout attendre de nos gouvernants ; ce serait puéril. Nous disposons d’un espace de coresponsabilité pour pouvoir commencer et générer de nouveaux processus et transformations ».