La lèpre qui nous ronge tous est le péché. L’homme qui vient voir Jésus a conscience que sa lèpre physique l’exclut de la communauté et le conduit à la mort. Aujourd’hui, il n’est pas sûr que nous ayons conscience que la persévérance dans le péché nous conduise à la seconde mort, c’est-à-dire à la séparation définitive d’avec Dieu. C’est d’abord de cette mort que Jésus vient nous délivrer. Avons-nous le désir que Jésus nous purifie ?
      Du temps de Jésus, un lépreux était écarté de la communauté. Aujourd’hui, la puissance des médias, des modes et lobbyings peuvent nous conduire à l’inverse du lépreux à être exclus à cause de notre désir de suivre notre conscience dans laquelle nous entendons la Loi de Dieu nous dire « fais le bien, évite le mal ». Sommes-nous prêts à endurer une forme d’exclusion à cause de notre foi ? Personne ne peut répondre « oui » à cela une fois pour toute. Pourtant ce « oui » est la pleine expression de notre désir d’être purifié !
      Les 40 jours du Carême qui commencent nous sont donnés pour que nous puissions pleinement vouloir être purifié. Ce temps au désert est le temps favorable pour se libérer de tout, pour choisir amoureusement de se lier à notre Sauveur, Jésus le Christ !
Nous sommes appelés à vivre de « la liberté glorieuse des enfants de Dieu ». La prière, le jeûne et l’aumône nous sont donnés comme moyens pour nous attacher d’avantage au Christ. Ils nous permettent de nous détacher des biens de ce monde tout en faisant grandir en nous l’attention, la charité envers celui qui est dans le besoin. A travers ce dernier, c’est encore Jésus que nous servons.
      Chacun d’entre nous sait la difficulté que nous avons à tenir nos engagements de Carême, nos engagements pour être libres. C’est pourquoi nous proposons cette année, sur le Groupement Paroissial, des fraternités pour nous soutenir dans notre désir de purification et de libération par le Seigneur. Nous le vivons en nous émerveillant, en étant dans la gratitude. Nous déployons notre liberté non pas en étant enfermés sur nous-mêmes, en restant focalisé sur notre péché, mais en ayant les yeux tournés vers plus de vie : cette vie que Dieu nous a donnée et pour laquelle nous rendons grâce !

Père Vianney Hême de Lacotte

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *